La bourse familiale, un coup de pouce indispensable pour briser le cycle de la pauvreté

Mise en ligne: 
12 juil. 2019

Malgré les 700 kilomètres qui les séparent, la ville de Kolda, au sud-est du Sénégal et Keur Massar, dans la banlieue de Dakar, vivent chaque trimestre la même effervescence. Très tôt le matin, les kiosques Orange Money ou le bureau de poste sont pris d’assaut par des hommes et des femmes venus à pied, à vélo ou en charrette des quartiers ou villages alentour.

Le but : récupérer les 25 000 francs que leur verse le Programme national de bourses familiales (PNBSF). Une somme qui fait toute la différence pour ces 300 000 bénéficiaires choisis à partir du Registre national unique, qui combine un ciblage géographique, communautaire et catégoriel pour sélectionner les ménages les plus pauvres dans tout le pays. « Sans la bourse familiale, la situation de notre famille serait plus catastrophique », confie Idrissa Diop*, chef de famille de 53 ans souffrant d’un handicap moteur. « Avant, on ne mangeait pas à notre faim mais maintenant que je perçois la bourse, nous arrivons à prendre trois repas quotidiens. La première chose que je fais, dès que je touche la bourse, c’est acheter de la nourriture. »

Lire l'article dans son intégralité.
Catégorie: 
Blog
Pays: 
Sénégal