Moyen-Orient et Afrique du Nord

Les pays en développement de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ont une population totale d'environ 380 millions de personnes, dont 60% ont moins de 25 ans. La région a le taux de chômage le plus élevé chez les jeunes. D'ici 2020, plus de 60 millions d'emplois devront être créés pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail et stabiliser le chômage des jeunes. Les possibilités d'élargir l'inclusion financière dans les pays en développement de la région sont donc importantes, en particulier chez les jeunes, les femmes et les pauvres.

Selon le Global Findex 2017, l'inclusion financière dans la région MENA (à l'exclusion des économies à revenu élevé) a augmenté de 10,6 points pour atteindre 43,5 pourcent des adultes avec un compte en 2017 contre 32,9 pourcent en 2011. Cependant, la région a le plus grand écart entre les sexes au monde, avec seulement 35 pourcent des femmes contre 52 pourcent des hommes titulaires d'un compte. Les normes sociales et les obstacles juridiques sont souvent les principaux obstacles auxquels se heurtent les femmes pour accéder aux services financiers dans la région. D'un autre côté, il y a une forte proportion de propriétaires de téléphones mobiles parmi les non-bancarisés, avec 86 pourcent des hommes et 75 pourcent des femmes possédant un téléphone portable ; offrant un potentiel d'expansion de l'inclusion financière. Jusqu'à 20 millions d'adultes non bancarisés dans la région envoient ou reçoivent des envois de fonds nationaux en utilisant de l'argent ou un service en vente libre, dont sept millions rien qu'en Egypte.

Malgré les défis posés par les tensions géopolitiques et les populations déplacées dans la région, les prestataires de services financiers dans les pays tels que le Liban, la Jordanie, la Palestine et le Yémen offrent des services financiers et non financiers pour améliorer la résilience des populations.

Des pays comme la Jordanie, l'Égypte et l'Irak ont réalisé des progrès significatifs dans la propriété des comptes chez les adultes en 2017 pour atteindre respectivement 42,5 pourcent, 32,8 pourcent et 22,7 pourcent, soit presque le double de 2014 et ce principalement en raison d'un fort engagement de ces états en faveur de l'inclusion financière.

Sources: Global FindexPopulation Reference BureauWorld Bank