Genre et empowerment : Guide de ressources

Alliance pour l'inclusion financière (AIF) : l’AIF œuvre pour une intégration réussie des politiques en faveur de l'inclusion financière des femmes à chaque stade de la conception et de l'exécution d’une stratégie nationale d'inclusion financière, grâce à son Groupe de travail sur la Stratégie d'inclusion financière (SIF). Le groupe de travail sur les Données d'inclusion financière (DIF) a également mis en place un sous-groupe spécial chargé d'élaborer des outils, de renforcer les capacités et de promouvoir les pratiques optimales dans le recueil et l'utilisation de données désagrégées par genre. Le Plan d'action de Denarau favorise l'élaboration et l'exécution de politiques et de réglementations judicieuses par les membres du réseau de l’AIF, de façon à créer un environnement structurant qui accélère l'inclusion financière des femmes. Ce Plan accentue également l'importance de mesurer et d’évaluer l'avancement de nos travaux, et encourage une collaboration et un partenariat étroits avec les prestataires de services financiers pour stimuler le rôle moteur du secteur privé dans ce domaine.    

CARE International l’engagement de CARE International envers l'autonomisation des femmes et la parité des genres repose sur des décennies d'expériences dans des dizaines de pays et dans tous les secteurs du développement. Pour CARE International, la question du genre est interdisciplinaire et est prise en compte dans tous les programmes de façon à parvenir à un monde équitable libéré de la pauvreté. CARE International recourt à une démarche sexo transformatrice : des stratégies de programme qui visent à établir des attitudes, comportements, et structures sociales favorables à l’égalité des genres pour tous les individus et toutes les collectivités. Pour ce faire, CARE International axe son travail sur l’autonomisation des femmes et l'implication des hommes. 

FHI360FHI 360 intègre une perspective de genre aux programmes de développement afin d'améliorer les résultats et de renforcer l'égalité entre filles et garçons, femmes et hommes. De véritables stratégies de genre transforment les normes et les attitudes inégalitaires, autonomisent les femmes et les fillettes, et impliquent les hommes et les garçons en tant que partenaires et acteurs d’une évolution sociale positive.  

Alliance bancaire mondiale pour les femmes (GBA) la GBA est un consortium mondial d'institutions financières spécialisées dans l’accompagnement des banques qui cherchent à saisir l'opportunité que constitue le marché féminin. L'adhésion à l'Alliance bancaire mondiale donne aux institutions financières l'accès à une communauté mondiale exceptionnelle de pairs qui ont établi sans équivoque l'intérêt de desservir le marché des femmes. Réunissant un étroit réseau de praticiens, l’Alliance bancaire mondiale offre un vaste éventail de services pour aider les entreprises à élaborer, mettre en place et améliorer de véritables programmes en direction des femmes. Elle cherche également à user de sa voix collective pour appeler à une plus grande sensibilisation du rôle économique fondamental des femmes en tant que consommatrices, investisseurs et entrepreneurs créateurs d'emplois.   

Fondation Grameen  : Ces cinq dernières années, la Fondation Grameen intègre la question de genre de façon plus approfondie dans ses efforts de programmation et de recherche. Ses travaux de recherche sur la résilience ainsi que des projets qui conçoivent délibérément un dialogue homme-femme permettent de bien appréhender les composantes indispensables pour briser les obstacles sexospécifiques, tels que les questions de charge de travail, mobilité, et pouvoir de décision. La Fondation collabore actuellement avec l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) pour expérimenter l’Indice d'autonomisation des femmes dans l’agriculture, dans l'espoir de disposer de l'expérience et d’un outil pratique pour comprendre la façon dont les femmes sont autonomisées dans le cadre de l'ensemble de ses projets.          

Programme Femmes connectées de la GSMA : le Programme Femmes connectées œuvre avec les opérateurs mobiles et leurs partenaires en vue de lever les obstacles auxquelles se heurtent les femmes pour accéder et utiliser les services d’internet mobile et d’argent numérique. L'objectif de ce programme est de réduire les inégalités femmes-hommes dans l’utilisation des services d’internet mobile et d’argent mobile dans les pays à revenu faible et intermédiaire et de libérer de considérables opportunités commerciales et socio-économiques.  

Innovations for Poverty Action (IPA) (Innovations dans la lutte contre la pauvreté) : l’IPA collabore avec les prestataires de services, les gouvernements et les chercheurs pour élaborer et expérimenter des services et des programmes financiers qui aident les ménages à mieux gérer leurs finances. Avec plus de 130 évaluations randomisées terminées ou en cours dans 29 pays, le Programme d’inclusion financière de l'IPA vise à définir des solutions efficaces pour favoriser de saines attitudes financières, et partage ses résultats pour guider le travail des prestataires de services financiers et des gouvernements dans le monde entier.  

Oxfam: Oxfam œuvre en faveur de l’autonomisation économique des femmes dans plus de 40 pays, dans le cadre de divers programmes multi-pays, essentiellement   destinés à assurer l'autonomisation économique des femmes rurales. Oxfam applique une « double démarche » qui vise à la fois à créer de meilleures opportunités de subsistance et à éliminer les obstacles structurels limitant les choix économiques des femmes et nuisant à leurs droits. 

Fonds d'équipement des Nations-Unies (FENU), SHIFT En 2014, le FENU a lancé le Programme SHIFT (Shaping Inclusive Finance Transformations), qui vise à mettre en relation les populations les plus pauvres et vulnérables – en particulier les femmes et les petites entreprises détenues ou gérées par des femmes ou principalement au service des femmes – avec des services financiers formels dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. D’ici 2020, le Programme SHIFT vise à faire passer au moins six millions de personnes à faible revenu, micro-entrepreneurs et propriétaires de petites et moyennes entreprises dans la sphère des services financiers formels. Au moins 65 % de ces personnes seront des femmes et 100 % des entreprises seront détenues ou gérées par des femmes, ou emploieront des femmes ou travailleront principalement au service de femmes.     

Women’s World Banking (WWB)Women’s World Banking assure une étroite collaboration avec son réseau mondial de 49 institutions financières dans 32 pays pour créer de nouveaux produits de crédit, d’épargne et d’assurance, particulièrement conçus pour répondre aux besoins spécifiques des femmes à faible revenu. Women’s World Banking a élaboré de nouveaux moyens d’aider les femmes à constituer des dispositifs de sécurité financière, en démontrant à un plus grand nombre d’institutions financières les moyens d’aller au-delà de la microfinance traditionnelle et d’offrir des produits financiers qui comprennent aussi l’épargne et l’assurance.  

Laboratoire d'innovation de la Banque mondiale sur l'égalité des sexes en Afrique (GIL)  Le GIL réalise des évaluations d’impact pour estimer le résultat des interventions en faveur du développement en Afrique subsaharienne, produire des preuves tangibles des moyens de combler le fossé entre les genres en termes de revenus, de productivité, et d’actifs. Avec les résultats des évaluations d’impact, le GIL appuie l’élaboration d’interventions innovantes et évolutives pour remédier aux inégalités de genre sur l’ensemble du continent africain. L’objectif est de permettre aux équipes de projet et aux décideurs de préconiser une meilleure intégration de la question de genre à partir de données tangibles.