Les pauvres et les actifs : Les enseignements des Comptes de Développement Individuel.

Etudes de cas
Date de publication: 
janv. 2005
Auteur: 
Schreiner, M., Sherraden, M., Clancy, M., Johnson, L., Curley, J., Zahn, M., Beverly, S. & Grinstein-Weiss, M.

La constitution d'actifs est-elle synonyme d'enrichissement pour les pauvres?

Ce document analyse l'’accumulation d’'actifs des personnes pauvres via les IDAs (Comptes de développement individuel ou Individual Developement Accounts) dans le cadre du programme American Dream Demonstration (ADD).

Les résultats principaux sont les suivants :

1. Les personnes pauvres parviennent à épargner et à accumuler des actifs via les IDAs. Le fait de savoir s'’ils épargnent plus qu'’ils ne l'auraient fait en l’'absence des IDAs reste toutefois incertain.

2. La perception de revenus ou de prestations sociales n’'est pas liée aux dépôts nets dans les IDAs. Les plus pauvres épargnent une plus grande part de leur revenu que les moins pauvres. De plus, les membres de tous les groupes ethniques ont employé les IDAs bien que certains ont épargné plus que d’'autres.

3. Les caractéristiques institutionnelles comptent. Plus particulièrement, une plus grande éducation financière est associée à une épargne plus importante et des taux d'’équivalence plus élevés sont associés à une plus grande probabilité d'’épargner quelque chose mais, étant donné que quelque chose est épargné, à une épargne plus faible.

4. Les IDAs de l'’ADD étaient coûteux. Selon les auteurs, un programme ayant une structure différente et une autre gamme de services pourrait être utile si l’'accès aux IDAs doit devenir universel et permanent.