Papouasie – Nouvelle-Guinée : limites du modèle de paiement mobile

Etudes de cas
Date de publication: 
janv. 2014
Auteur: 
Kachingwe, N. & Berthaud, A.

Etude de cas d'un service de transfert d’argent au niveau national de Post PNG et des obstacles rencontrés

A l’instar de nombreuses postes dans le monde, l’opérateur désigné de Papouasie – Nouvelle-Guinée (Post PNG) joue aujourd’hui un rôle crucial en ce qui concerne la fourniture de services financiers dans les zones rurales ou isolées du pays. Grâce à son réseau de bureaux de poste et d’agences postales, Post PNG assure un service de transfert d’argent au niveau national, à savoir SMK, qui permet aux clients d’envoyer rapidement de l’argent depuis un bureau de poste vers un autre bureau de poste. En 2011, Post PNG a lancé MobileSMK, la version mobile de SMK, qui offre aux utilisateurs la possibilité de réaliser des transferts interpersonnels d’argent grâce à leur téléphone portable.

Le cas de Post PNG, relaté dans ce document, constitue un exemple intéressant d’adoption précoce des technologies mobiles pour la prestation de services financiers postaux. Malgré le succès que Post PNG a initialement connu lors du lancement de MobileSMK, l’opérateur a rencontré plusieurs difficultés au niveau de l’exploitation et de la gestion de ce service :

  • Pertes considérables liées à d’importantes contraintes au niveau de ses ressources et à une concurrence féroce sur le marché des services financiers mobiles.
  • Le service MobileSMK consumait les revenus générés par le service SMK, ce qui s'est traduit par une baisse des recettes globales et une hausse significative des coûts.  

Cet exemple montre qu’il peut être nécessaire pour les opérateurs d’adopter une approche prudente en ce qui concerne l’expansion des services financiers grâce aux nouvelles technologies. Il s’agit d’une question cruciale pour garantir la viabilité de la poste et des initiatives postales visant à favoriser l’inclusion financière.