Publication

La microfinance et le VIH/Sida

Dans les pays fortement touchés par le VIH/Sida, les institutions de microfinance (IMF) et les bailleurs de fonds qui en assurent le financement luttent pour combattre l’impact de l’épidémie sur leurs clients et sur la viabilité institutionnelle des IMF. Les familles affectées peuvent utiliser les services financiers comme l’un des moyens de protéger et de renforcer leurs ressources économiques. Il est toutefois contre-indiqué d’entreprendre une intervention financière ciblant spécifiquement les malades du Sida, dans la mesure où les services financiers dépendent de la capacité continue des clients à se procurer un revenu. Les IMF exerçant leur activité au sein des régions particulièrement atteintes par l’épidémie peuvent servir les familles et les personnes apportant une assistance aux malades, et elles ont intérêt à mettre en place un processus de planification du risque institutionnel posé par le virus du VIH/Sida. Elles peuvent également mettre en place des liens efficaces avec les organisations assurant des prestations de santé et d’assurance.

Cet article explore les expériences des IMF et les bailleurs de fonds qui appuient la prestation de services financiers dans les zones fortement touchées par le VIH/Sida.

À propos de cette Publication

Par FENU et équipe du CGAP
Date de publication