Finance islamique

Avec plus de 650 millions de musulmans vivant sous le seuil de USD 2 par jour, il existe une demande croissante pour des services financiers conformes à la charia. Pourtant, la finance islamique représente toujours moins de 1 % du champ d'action global de la microfinance. 
 
L'un des principes essentiels de la finance conforme à la charia est que l'argent n'a pas de valeur intrinsèque et ne doit pas voir sa valeur s'accroître par elle-même. Les produits financiers conformes à la charia ne peuvent donner lieu à aucun intérêt, ce qui oblige à avoir une approche basée sur les actifs et non sur les dettes. Dans ce contexte, le partage des risques et des profits est encouragé via des prises de participation dans des entreprises. Comme la plupart des produits de microfinance traditionnels reposent sur des intérêts et des frais, ils ne cadrent pas avec les services financiers conformes à la charia. Par conséquent, ils nécessitent que les prestataires de services financiers développent une gamme de produits entièrement différente pour être conformes à la charia.
Une femme regarde la caméra. Photo de Arne Hoel / Banque Mondiale 2011