Actualités

Le CGAP lance sa nouvelle stratégie pour cinq ans

Face aux effets de la disruption numérique sur le paysage de l’inclusion financière, le CGAP se dote d’une nouvelle stratégie

Dakar, sénégal, 31 mai 2018 — Le CGAP a dévoilé aujourd’hui sa nouvelle stratégie quinquennale (« CGAP VI ») afin d’orienter son soutien aux pauvres et les aider à accéder et utiliser les services financiers indispensables pour s’adapter aux dynamiques disruptives qui transforment notre monde.

Les nouvelles technologies modifient le fonctionnement du système financier. La mondialisation des données, mais aussi la poussée migratoire et l’évolution de l’emploi ont incité le CGAP à repenser la manière dont il appréhende les difficultés et les risques auxquels sont confrontés les pauvres, rendant ainsi ses travaux à la pointe de l’inclusion financière plus pertinents que jamais.

Ces évolutions radicales sont potentiellement perturbatrices mais elles peuvent aussi offrir de nouvelles perspectives aux quelque 1,7 milliard d’individus, dont une majorité de pauvres, privés d’accès à des services bancaires, d’épargne et de crédit formels. La connectivité et la numérisation abaissent les coûts de transaction et encouragent ainsi les fournisseurs de services financiers à innover, en mettant au point de nouveaux modèles d’activité et de nouveaux produits susceptibles d’aider concrètement les consommateurs pauvres.

La directrice Greta Bull l’a rappelé lors de l’assemblée annuelle du CGAP : « Notre nouvelle stratégie s’articule autour de notre volonté d’aider les pauvres à s’adapter aux forces disruptives dans un monde où les outils numériques occupent une place grandissante. Les pauvres savent que les services financiers peuvent les aider à sécuriser leur vie quotidienne. Il nous incombe de rendre les services financiers accessibles, bon marché et utiles, de manière à permettre aux pauvres de saisir les opportunités et à renforcer leur résilience. »

Au titre de cette nouvelle stratégie quinquennale (juin 2018-juin 2023), le CGAP a défini cinq axes d’action :

  • Mettre davantage l’accent sur le bien-être que sur l’accès financier — Renforcer les initiatives de protection des consommateurs pour faire en sorte que les prestataires de services financiers et les décideurs se soucient de l’adéquation des produits et du traitement équitable des consommateurs.
  • Se concentrer sur les groupes exclus — Identifier et soutenir les populations les plus exposées au creusement du fossé numérique, notamment les femmes en milieu rural, les petits exploitants, les jeunes et les migrants.
  • Exploiter le potentiel des infrastructures de marché connectées — Réfléchir aux moyens d’ouvrir les infrastructures de marché grâce à l’interopérabilité et aux interfaces de programmes d’applications ouvertes, pour permettre à plus d’entreprises d’apporter des services et des produits innovants aux pauvres.
  • Comprendre le rôle des données — Étudier l’utilité de la collecte numérique de données pour concevoir des modèles d’activité inclusifs et de nouvelles stratégies centrées sur le consommateur afin d’assurer la protection des données et le respect de la vie privée.
  • Reconnaître le rôle des grandes entreprises de technologie — Approfondir la compréhension de l’impact des nouvelles technologies et modèles d’activité innovants (notamment sur le plan de la réglementation), avec l’arrivée d’acteurs internationaux comme Google Inc, Facebook et Alibaba dans le secteur des services financiers.