Blog FinDev

Institutions de microfinance : quatre conseils pour faire bonne impression face aux investisseurs

Comment rendre le processus de due diligence plus facile et plus efficace pour les IMF
Crédit photo : Dinh Cong Tam, concours photo du CGAP 2016.

Le processus de due diligence (diligence raisonnable) peut être compliqué pour les IMF. Souvent, il faut beaucoup de temps et de ressources en gestion, les questions des investisseurs peuvent sembler complexes et intrusives, et les lacunes de la gouvernance et des procédures sont mises en lumière. En outre, il faut savoir que le résultat final de la due diligence aura un impact direct sur le coût du capital des IMF. Toutefois, de simples changements dans la manière dont les IMF fournissent les informations peuvent faciliter le processus et permettre d'obtenir de meilleures conditions de financement. Il est particulièrement important d'être bien préparé à la due diligence lorsque les portefeuilles à risque (PAR) augmentent et que les liquidités sont limitées, ce qui est le cas pour de nombreuses IMF depuis la pandémie COVID-19.

En tant qu'analystes de la due diligence, nous avons observé au fil des ans que la qualité de la divulgation a un impact direct sur le temps nécessaire pour effectuer une due diligence et, en fin de compte, sur le coût du capital d'une institution. Dans cet article, nous souhaitons partager certaines de nos expériences et proposer quatre conseils aux IMF pour rendre la due diligence moins fastidieuse.

L'histoire de deux IMF

L'une de nos évaluations de due diligence les plus difficiles a été réalisée pour l'"IMF A" dans une ville d'Asie du Sud, à la demande d'un investisseur qui avait peu de temps à sa disposition. À notre surprise, nous avons découvert avant de débuter que l'IMF avait fourni des informations incomplètes et incohérentes. Les rapports financiers étaient confus. Pour compliquer encore les choses, le modèle de financement de l'IMF A était quelque peu inhabituel, et nous manquions d’explications. En conséquence, nous avons commencé la vérification préalable avec une connaissance superficielle du modèle d'entreprise de l'IMF, de ses indicateurs de performance clés (KPI) les plus fondamentaux, de l'environnement du marché, des procédures de souscription et de la gouvernance.

Malheureusement, la situation ne s'est pas améliorée une fois que nous sommes arrivés sur place. Les présentations des membres de l’équipe étaient peu précises. La direction semblait irritée de devoir donner des explications fastidieuses sur des faits de base. En raison d'une mauvaise coordination au sein de l'équipe de direction, la stratégie présentée par le PDG divergeait de celle du directeur financier et du directeur des systèmes d'information. Après notre visite, nous avons dû importuner la direction avec des questions parce qu'il n'y avait pas de personne dédiée aux questions de terrain.

En raison de tous ces problèmes, le rapport final de due diligence mentionnait au chef de la gestion du risque de notre client que le partage d'information était inférieur à la normale. Le comité d'investissement a pris note de notre remarque et a proposé à l'IMF des conditions d'investissement moins intéressantes.

"L'IMF B", dans une ville d'Asie du Sud-Est, était une autre histoire. Avant la vérification préalable, l'IMF B nous a donné accès à une "data room" (un site web sécurisé où toutes les informations confidentielles pertinentes sur l'IMF sont placées pour être accessibles aux prêteurs), construite logiquement et facile à utiliser. Elle a fourni des chiffres bien avant la due diligence, dans un format conforme aux meilleures pratiques.

Mieux encore, l'IMF B a rédigé une note d'information rassemblant toutes les informations nécessaires, dans un format similaire à celui du rapport que nous éditerions plus tard pour le comité d'investissement. Nous sommes arrivés bien informés et avons ainsi pu nous concentrer sur les questions clés, en sondant les affirmations et les hypothèses de la direction. Les quelques questions de suivi que nous avions ont été traitées par un responsable spécialement affecté à cette tâche. Dans notre rapport final, nous avons informé le chef de la gestion du risque de notre client que la communication et la réactivité de l'IMF B étaient excellentes. Le comité d'investissement a approuvé une facilité de prêt à l'IMF B à des conditions favorables.

Conseils aux IMF pour rationaliser le processus de due diligence

Après avoir mené des centaines d'évaluations de due diligence des IMF sur les marchés émergents, nous avons constaté que les problèmes de divulgation sont présents dans les grandes comme dans les petites IMF. La bonne nouvelle, c'est que nous pensons que les délais d'exécution de due diligence peuvent être réduits assez facilement. Voici nos suggestions pour les IMF afin de rendre ce processus beaucoup plus facile pour tout le monde :

1. Soyez bien préparés. La clé pour qu’une due diligence se passe sans heurts est une préparation préalable approfondie. Dans un premier temps, nous conseillons aux IMF de tenir à jour, de manière continue, une note d'information "en direct" - un document qui est régulièrement mis à jour et qui peut être publié, par exemple, lors de l'envoi des rapports sur les engagements ou avant les réunions du conseil d'administration. Ce mémorandum doit fournir un commentaire en continu sur la situation opérationnelle de l'IMF et peut être immédiatement transmis aux partenaires de financement pour une vérification préalable. Outre une description du modèle d'entreprise de l'IMF, ce document doit comprendre :

  • Les indicateurs clés de performance de l'IMF (par exemple, l'adéquation des fonds propres, le calendrier des liquidités, le PAR, les paramètres des prêts).
  • Un commentaire succinct sur les facteurs qui sous-tendent ces indicateurs, y compris les évolutions du marché de l'IMF et son positionnement dans le secteur.
  • Une ventilation claire des procédures de souscription, de recouvrement, de lutte contre la fraude et d'audit interne.
  • Des données sur la direction, y compris les biographies des dirigeants et des administrateurs.

Toutes ces informations doivent être présentées dans un format similaire à celui des rapports que les analystes de due diligence produiront à terme, ou au format PowerPoint.

2. Désigner un agent de liaison en matière de due diligence. Les IMF doivent désigner un responsable compétent du département financier pour assurer la liaison avec les analystes de due diligence et centraliser toutes les demandes d'information tout au long du processus de transaction. Le responsable doit anticiper les questions d'actualité et proposer des réponses de manière proactive, par exemple en ce qui concerne COVID-19. Cette personne doit s'assurer que les consultants chargés de la due diligence sont suffisamment bien informés pour pouvoir avoir des échanges précis avec l'équipe de direction.

3. Organisez votre data room virtuelle. Les IMF doivent réfléchir attentivement à la qualité de leurs data rooms, en les rendant intuitives et en hébergeant un contenu conforme aux meilleures pratiques du secteur. La salle de données doit donner au fournisseur de capitaux une présentation claire des manuels de procédure, politiques de lutte contre le blanchiment d'argent et autres, comptes rendus des audits et des comités de gestion des actifs et des passifs (ALCO), plans de continuité des activités et des données du secteur.

4. Présenter un récit cohérent. Toutes les personnes avec lesquelles les analystes de la due diligence s'entretiennent doivent s'entendre sur la stratégie de l'IMF. Bien que cela paraisse simple, il arrive que les dirigeants d'une même entreprise se contredisent sur des aspects fondamentaux de la stratégie générale. Un message stratégique et opérationnel clair et cohérent doit être transmis aux investisseurs potentiels. Pour s'assurer que les dirigeants sont tous en harmonie, nous recommandons d'organiser une courte session de formation et une coordination interne avant la vérification préalable.

Ces mesures ne devraient pas être difficiles à mettre en œuvre, et toutes les dépenses associées seraient compensées par la réduction du temps consacré par les cadres supérieurs à la due diligence, ainsi que par la baisse des coûts d'investissement. L’intégration de chacune de ces recommandations facilitera grandement le processus et permettra aux analystes chargés de la due diligence de présenter plus rapidement les dossiers d'investissement des IMF aux décideurs. Un processus de due diligence plus efficace et mieux organisé peut, à son tour, réduire le coût des fonds des IMF et renforcer leur bonne volonté auprès des investisseurs, ce qui est particulièrement utile à un moment où il y a une pénurie de capitaux.

Commenter

Les commentaires sur cette page sont modérés par les éditeurs du Portail FinDev. Nous validons les commentaires qui apportent des perspectives et des idées pertinentes pour cet article. Pour en savoir plus.

Mbagnick GUEYE , SENEGAL
11 septembre 2020

Je trouve cet article excellent et bien présenté.

Escriba un comentario