Blog FinDev

myAgro tente de palier le manque d'accès au financement des agriculteurs

Zoom sur myAgro et sa plateforme mobile d'épargne et de paiement
Cultivatrice d'arachides. Crédit photo : myAgro

Portail FinDev est partenaire de l'événement Making Finance Work for Women 2020 organisé par Women's World Banking, qui s'est déroulé du 20 au 21 octobre 2020. myAgro a été finaliste du Fintech Innovation Challenge présenté lors de cet événement.

myAgro est une entreprise sociale à but non lucratif basée en Afrique de l'Ouest, qui a pour objectif d’assurer la sécurité alimentaire des petits agriculteurs et de les sortir de la pauvreté. Les agriculteurs produisent la majorité de la nourriture mondiale, mais paradoxalement souffrent souvent de la faim. myAgro est pionnier dans l’utilisation d'un nouvel outil financier, une plateforme mobile d’épargne et de paiement, qui permet aux agriculteurs d'investir petit à petit leurs propres fonds, en utilisant leurs téléphones portables, dans des semences de haute qualité, des engrais, des outils et des formations afin d’augmenter considérablement leurs récoltes et leurs revenus.

En 2011, 240 agriculteurs utilisaient myAgro. En 2020, ils étaient plus de 90,000 au Mali, au Sénégal et en Tanzanie. Les agriculteurs myAgro ont cultivé, en moyenne, 78% de nourriture en plus et ont gagné 178 USD de revenus supplémentaire par agriculteur (soit 26% de plus de revenu quotidien) en 2020. Pour ces agriculteurs qui vivent avec moins de 1,90 USD par jour, cette augmentation des récoltes et des revenus est importante.

Des agriculteurs comme Sata Camara, originaire du Mali, qui utilise myAgro depuis trois ans. Sans accès au crédit ni aux subventions, elle avait du mal à nourrir sa famille. Avant myAgro, elle n'utilisait pas d'engrais et ne produisait que sept sacs d'arachides. Sa famille en mangeait cinq et elle en vendait deux. En utilisant myAgro, sa récolte a plus que doublé. Elle a récolté 15 sacs, dont dix ont été consommés par sa famille et cinq vendus. Grâce au revenu supplémentaire gagné, Sata peut désormais envoyer deux autres enfants à l'école, ce qu'elle n'aurait pas pu se permettre de faire auparavant.

Une plateforme mobile d’épargne et de paiement pour combler le déficit de financement des petits exploitants

Les agriculteurs s'inscrivent à myAgro et commencent à prépayer leurs intrants en achetant une carte à gratter, similaire à l'achat de minutes mobiles prépayées, ou via mobile money.

Ils achètent ces cartes à gratter myAgro dans nos “villages d’entrepreneurs”, grattent le dos pour révéler un code secret et envoient un message SMS avec le code ainsi que leur numéro d'identification myAgro. Cela permet d’envoyer le paiement digital directement dans le porte-monnaie mobile de l’agriculteur.

En plus des cartes à gratter, les agriculteurs utilisent de plus en plus leurs porte-monnaie mobiles afin d’effectuer des paiements numériques pour leurs intrants. Après quelques mois de mise à disposition de fonds, myAgro fournit les semences, les engrais et la formation que les agriculteurs ont déjà payés à temps pour la saison des semis.

Les plateformes mobiles d’épargne et de paiement constituent la prochaine étape pour combler le déficit de financement des petits exploitants agricoles. Comme USAID l’affirme dans son guide sur l’intégration des services financiers digitaux, “encourager l'épargne de manière plus formelle peut ouvrir de nouvelles opportunités aux petits exploitants, y compris l'accès à de meilleurs intrants et à des services financiers supplémentaires”.

Agriculteurs. Crédit photo : myAgro
Famille d'agriculteurs. Crédit photo : myAgro

Atteindre les petits exploitants que les autres acteurs financiers ne parviennent pas à servir

La capacité des agriculteurs à s'autofinancer pourrait révolutionner l'agriculture, étant donné que 70% des besoins mondiaux de financement des petits agriculteurs ne sont pas satisfaits. La mise à l'échelle en Afrique de l'Ouest comblerait le déficit de financement et permettrait aux petits exploitants d’être acteurs de leur propre combat pour atteindre la sécurité alimentaire, brisant le cycle des faibles rendements et de la pauvreté.

Le modèle de myAgro est une solution complémentaire pour soutenir les agriculteurs mal desservis par le crédit. Il peut également accélérer l'inclusion financière des agricultrices qui produisent de 60 à 80% de la nourriture dans les pays en développement, mais qui ont un accès limité aux services financiers.

Le modèle de plateforme mobile d’épargne et de paiement de myAgro continue de prouver que les femmes, les agriculteurs pauvres et ceux qui n’étaient auparavant pas bancarisés sont capables de s’autofinancer pour leurs besoins agricoles chaque année. Nous pensons que ce modèle pourrait devenir l'outil financier standard pour les petits agriculteurs du monde entier.

Un outil pour plus de résilience face aux crises

myAgro propose également des formations agricoles pour les petits exploitants sur la sélection des terres et l'importance de la rotation des fermes afin de maximiser la santé des sols et la croissance des rendements. Cela comprend la mesure des terrains et la formation des agriculteurs au microdosage de petites quantités d'engrais, mélangées à du compost biologique, dans le champ mesuré. Cette technique a été prouvée par les chercheurs comme étant la méthode ultime pour maintenir la fertilité des sols et augmenter les rendements dans la région du Sahel.

myAgro s'efforce également d'aider les agriculteurs à s'adapter au changement climatique en leur fournissant des prévisions météorologiques précises et en offrant une assurance indicielle de rendement. Mais aussi grâce à de meilleurs intrants, une meilleure formation et un meilleur suivi.

Comme de nombreuses autres organisations, les opérations de myAgro en 2020 ont été considérablement affectées par le COVID-19. En mars 2020, il est devenu clair que le “statu quo” ne pouvait pas continuer et nous avons rapidement mis en place des processus donnant la priorité à la sécurité et à la santé de notre personnel et de nos agriculteurs. Nous avons fermé nos bureaux, mis en place le télétravail et tout fait pour numériser notre travail. Depuis le début de la pandémie, myAgro se concentre avec détermination sur les petits agriculteurs afin d’assurer la sécurité alimentaire dans les régions où nous travaillons.

Commenter

Les commentaires sur cette page sont modérés par les éditeurs du Portail FinDev. Nous validons les commentaires qui apportent des perspectives et des idées pertinentes pour cet article. Pour en savoir plus.

BONOU ADÉBAYO PACÔME , Consultant , BENIN
20 avril 2021

C'est du bon travail. Je souhaite que l'on développe ce modèle au Bénin. Je suis dans le domaine de l'assurance agricole.

Laisser un commentaire