Guide

Argent mobile : une nouvelle donne pour l’inclusion financière au Burkina Faso

Portrait d’une entreprise locale innovante : INOVA
L'argent mobile est en train de révolutionner la façon dont les gens déplacent leur argent et permet un accès aux services financiers à des millions d'africains auparavant exclus du secteur bancaire formel. Les services d'argent mobile utilisent la technologie du téléphone cellulaire pour permettre des opérations financières telles que les transferts d'argent, les dépôts, les retraits et les paiements, éliminant ainsi la nécessité pour les clients de se rendre à un endroit pour effectuer des opérations clés. Plusieurs opérateurs multinationaux de téléphonie mobile et des banques ont lancé des services d'argent mobile dans des pays africains.
 
La forte progression de l'argent mobile résulte à certains égards de la compétitivité dans le secteur mais également des efforts d’innovation entrepris par les différents fournisseurs.
 
Ce coup de projecteur met en lumière un fournisseur particulier, basé au Burkina Faso, pays de la zone UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) : INOVA. INOVA est un émetteur de monnaie électronique et le premier système d'argent mobile actif dans le pays.
 
L’accès aux services financiers au Burkina Faso
Le Burkina Faso est un pays à faible revenu avec un PIB par habitant estimé à un peu plus de 500 USD et 43% de la population vivant sous le seuil national de pauvreté. Son secteur des services financiers est encore à ses balbutiements, y compris en comparaison à d'autres pays africains à faible revenu.
 
La BCEAO (Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest) a estimé le taux de bancarisation de la zone UEMOA en 2010 à 9,5% pour les établissements bancaires seulement. Pour le Burkina Faso, INOVA estime le taux, y compris les institutions de microfinance (IMF), à environ 13% en 2012. Comme dans d'autres pays africains, le taux de bancarisation reste loin derrière le taux de pénétration de la téléphonie mobile; en 2010, il y avait 5,1 millions de clients de téléphonie mobile, qui représentent 33% de la population.
 
Contexte, genèse et résultats de la société INOVA
INOVA est née avec l'ambition d'offrir un autre type de service financier et contribuer à révolutionner le secteur financier de la même manière que la téléphonie mobile a révolutionné le secteur des télécommunications. Conçu avec l'ambition de couvrir la zone UEMOA, les fondateurs ont d'abord ciblé le pays voisin, la Côte-d'Ivoire, pour lancer l'entreprise. Toutefois, en raison de l'instabilité politique dans ce pays à l'époque, les fondateurs, dont plusieurs sont burkinabés, ont fini par choisir le Burkina Faso à la place. Il était aussi un pays où INOVA aurait la possibilité d'être le premier système en termes de services d'argent mobile.
 
Ainsi, en 2007, Mahamoudou Ouedraogo et ses associés ont fondé INOVA, une entreprise locale qui allie les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication) à l’expertise bancaire. Licenciée en 2009 par la BCEAO, comme le second établissement de monnaie électronique dans la zone UEMOA, la société a commencé à offrir des services au grand public en 2010 en zones rurales et urbaines.
 
INOVA a également établi des partenariats institutionnels avec Western Union, les Caisses Populaires, une institution de microfinance, Orange, un opérateur de téléphonie mobile en Côte-d'Ivoire, SONAR, une compagnie d'assurance et ISEC, une société de télévision par câble. Ces différents partenariats sont essentiels pour accroître la portée des services INOVA et atteindre la masse critique de transactions nécessaires à la viabilité du modèle.
 
INOVA est pionnière dans le secteur au Burkina Faso, ainsi que dans la région francophone ouest africaine. A fin 2011, la société a enregistré un volume de transactions de 6 millions USD pour environ 60 000 clients pour les services d'argent mobile qui comprend les transferts, les paiements de factures et d’achats, les dépôts et les retraits.
 
Entretien avec Mahamoudou Ouedraogo, directeur général d’INOVA (mené par le CGAP)
1. Pouvez-vous décrire votre offre de produits sur le marché burkinabé et expliquer les différences d’INOVA par rapport aux services d'argent mobile proposés par les banques ou les opérateurs mobiles?
Tout d’abord, le porte-monnaie mobile d’Inovapay s’ouvre à distance par le client à partir de son téléphone mobile, par Internet ou auprès d’un de nos agents dans une agence INOVA. Le client ne subit pas les lourdeurs administratives liées à l’ouverture d’un compte bancaire. En outre, quel que soit l’opérateur mobile du client, et qu’il soit bancarisé ou non, il peut bénéficier de notre porte-monnaie mobile Inovapay. C’est facile et peu onéreux: le dépôt minimum est de 500 FCFA (0,76 centimes d’Euros), et les frais de maintenance mensuels sont de 100 FCFA (0.15 centimes d’Euros).
 
INOVA offre plusieurs services à travers le porte-monnaie multi canal : dépôts, retraits, transferts, paiements marchands et de factures, paiements de primes d’assurance, et achat de crédit téléphonique. De plus, le porte-monnaie multi canal est accessible en temps réel par téléphone mobile, Internet, auprès de GAB (distributeurs d’argent) et de TPE (Terminal de paiement électronique).
 
2. Le Burkina Faso semble être un environnement difficile pour lancer une entreprise comme INOVA. Quelles étaient vos motivations? Quels sont les besoins que vous avez identifié sur ce marché, et auxquels vous voulez répondre ?
Il est vrai que nos banques disposent de peu ou pas de mécanismes d’accompagnement d’initiatives comme la nôtre. La culture bancaire est très faible avec un taux de pénétration de moins de 5%, et ceci après 5 décennies de présence sur le terrain. L’implantation d’une telle industrie doit s’accompagner d’un changement des comportements financiers. C’est un long processus.Néanmoins, le taux de pénétration de la téléphonie mobile est de plus de 30%. Ce système touche toutes les couches sociales et couvre géographiquement presque tout le territoire.
 
La réussite de la bancarisation passe par la proximité des services et la disponibilité des outils. Nos services d'argent mobile tentent de répondre à ces critères en offrant des services financiers simples d’utilisation, sécurisés et accessibles au plus grand nombre.
 
3. Les services que vous proposez sont accessibles à partir d’une multitude de canaux tels qu’internet, cartes, mobiles. Pourquoi cette approche?
Le concept de porte-monnaie multi canal permet de lever un certain nombre de contraintes :
  • Éviter les déplacements inutiles (payer sa facture à partir de son téléphone) ;
  • Assurer la disponibilité du service 24h/24h (si un canal n’est pas disponible, il est possible de se rabattre sur un autre) ;
  • Créer un produit accessible à tous en tenant compte des préférences de chacun (certains vont préférer Internet au mobile) ;
  • Prendre en compte le challenge de l’alphabétisation ;
  • Innover dans la continuité afin d’éviter le plus possible la résistance au changement ;
  • Fournir un service de proximité disponible malgré la faiblesse des infrastructures du pays.
4. En tant que start-up, vous avez été en mesure de négocier un partenariat avec Western Union afin de recevoir des transferts internationaux de partout dans le monde dans les porte-monnaie électroniques d’INOVA, et aussi d’envoyer de l’argent depuis les porte-monnaie dans toute la région de l’UEMOA. Comment l’avez-vous accompli et quel a été l’impact sur votre entreprise?
Western Union a été convaincu par la qualité technique de la plateforme d‘INOVA, en plus d’avoir l’assurance de l’agrément de la BCEAO. Ceci a abouti à une certification technique et opérationnelle de notre plateforme après plusieurs mois de travail afin de proposer Western Union sur mobile.
 
Ce partenariat représente pour INOVA un label de qualité et est une source de reconnaissance tant sur les plans national, sous régional qu’international. En effet, notre société éveille l’intérêt auprès d’un large public, notre message commercial passe plus facilement, la qualité de notre offre n’est plus remise en question par le marché et notre société est désormais reconnue comme innovante.
 
5. Quels sont vos plus grands défis?
Actuellement, nos plus grands challenges :
  • Trouver des partenaires financiers pour accompagner INOVA dans sa conquête des 8 pays de l’UEMOA et ceux de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest) ;
  • Atteindre 15 millions de clients dans l’UEMOA dans les cinq prochaines années ;
  • Faire progresser le taux de bancarisation de façon significative en facilitant l’ouverture d’un porte-monnaie mobile ;
  • Servir de levier pour améliorer l’inclusion financière des populations.
Ce coup de projecteur a été rédigé à partir de :
Pour en savoir plus

À propos de cette Guide

Date de publication